Rapports G2AVP, G2Pro et DCE/ACT

par Émilie I.

En France, les différentes missions d’ingénierie géotechnique doivent s’enchainer d’une manière précise. Cet enchainement est décrit dans la norme NF P 94-500 qui date de Novembre 2013 (après une premier document paru en 2006).

Pour rappel, il existe 5 types de mission géotechnique : G1, G2, G3, G4 et G5. Chaque mission contient différentes phases. L’une des missions les plus répandue est la mission G2.

La mission G2 permet l’élaboration de votre projet de construction. Son objectif est d’identifier les aléas importants qui pourraient avoir des conséquences sur les travaux à venir. Pour qu’elle soit complète, la mission G2 doit s’effectuer en 3 temps.

G2AVP / G2Pro

Une mission G2 ne peut être réalisée qu’après une mission G1 et nous vous conseillons de confier les missions G1 et G2 au même bureau d’étude géotechnique.

Chaque mission géotechnique étant composée de plusieurs phases successives, la mission G2 est divisée en 3 phases : l’étude G2 AVP, G2Pro et DCE / ACT.

Il faut bien comprendre qu’une “G2Pro” et une “G2AVP” ne sont pas des missions en soi mais des phases qui composent la mission G2. Dès lors, un rapport G2Pro viendra en complément du rapport G2AVP.

Pourquoi ? Qu’elle est l’utilité de cette phase ?… Nous vous donnons notre avis d’experts sur ces questions courantes.

D’une part, on réalise la phase G2AVP généralement au stade de l’avant projet. Cette phase définit le besoin d’investigations géotechniques spécifiques au projet, sa réalisation et son suivi technique.

D’autre part, la mission G2Pro qu’on réalise au stade du projet de la maitrise d’oeuvre. Cette mission est fonction des données géotechniques du site.

Ces deux types de missions sont liées à la norme NF P 94 500 sur la classification des missions géotechniques.

La norme NF P 94-500

Cette norme, au sens légal du terme, n’a pas de caractère obligatoire et le maitre d’ouvrage n’aura pas de sanction administrative s’il ne l’applique pas.

Néanmoins, la NF P 94 500 représente le savoir-faire géotechnique et toute dérogation à cette norme présente un risque matériel ou immatériel.

Les avantages d’un rapport G2Pro

Nous encourageons vivement à réaliser un rapport géotechnique G2Pro, autant d’un point de vue technique que d’un point de vue administratif.

En effet, le rapport G2Pro possède l’avantage technique d’apporter des précisions nécessaires au bon chiffrage, ainsi qu’au bon déroulement des prestations de sols. Par exemple, les fondations, les soutènements, les terrassements et les travaux en lien avec la nappe.

L’avantage d’un point de vue administratif se ressent surtout au niveau des assurances.

Le rapport G2Pro en pratique

De plus en plus d’entreprises qui travaillent dans le gros œuvre réclament un rapport G2Pro. Ces entreprises regroupent la maçonnerie, les constructeurs de maisons individuelles, sans oublier les bureaux d’études de structures, mais aussi les architectes.

Ce rapport apporte une plus-value au projet. Par ailleurs, il est indispensable pour les propres assurances des entreprises. Enfin, les bureaux de contrôle missionnés l’exigeront de façon quasi systématique.

Notre conclusion

Les montants et les délais de réalisation d’une mission G2AVP et G2Pro ne sont pas rédhibitoires. C’est même le contraire si la mission G2 en phase AVP est correctement menée. Alors, pourquoi s’en priver ?

D'autres articles peuvent vous intéresser

Laisser un commentaire